LE CINQUIÈME POUVOIR de Bill Condon (2013)

le cinquième pouvoir

Quelles sont les raisons pour lesquelles Julian Assange a t’il décidé d’exposer des secrets d’État ? De quelle manière a-t-il procédé ? Avec qui ? Le Cinquième Pouvoir tente de répondre à ces questions et de mettre ainsi à nu toute l’entreprise Wikileaks. Si le sujet éveille l’intérêt du spectateur, le film accumule malheureusement les poncifs et se révèle rapidement soporifique.

Révolutionnaire dans l’âme, Julian Assange désirait avec Wikileaks rendre accessible à tous des informations traditionnellement classés secrètes. Véritable tête brûlée, il était accompagné de l’Allemand Daniel Berg qui voyait en Assange un visionnaire doublé d’un incroyable meneur d’hommes. Le film suit l’activiste Daniel Berg et explore la relation entre les deux hommes dans leur entreprise de déstructuration du système. Daniel Brühl incarne à merveille ce jeune idéaliste qui, d’abord fasciné par son mentor, va rapidement éprouver du dégoût pour cet homme réellement dangereux. Le casting est d’ailleurs le seul point fort du film, on saluera notamment les performances correctes de l’allemand Moritz Bleibtreu (La Bande à Baader) et de la sublime Carice Van Houten (Black Book) qui enchante le spectateur par sa seule présence.  Le toujours charismatique Benedict Cumberbatch crève l’écran mais son personnage n’a malheureusement jamais la densité escomptée.

Plombé par un scénario mollasson et une mise en scène neurasthénique, le film accumule les informations sans qu’aucun traitement cinématographique ne soit effectué pour leur donner une réelle ampleur. Par conséquent, Le Cinquième Pouvoir désintéresse rapidement un spectateur au départ intrigué, qui regarde ensuite en permanence sa montre en se demandant quand cette galère va prendre fin. Un bon sujet ne fait pas un bon film, cela se vérifie hélas une nouvelle fois avec Le Cinquième Pouvoir, film vain qui n’aborde jamais en profondeur les questionnements que ce type d’entreprise peut susciter. Néanmoins, le film n’entachera sûrement pas la carrière cinématographique de Benedict Cumberbatch qui choisira mieux ses projets à l’avenir.

En conclusion, Le Cinquième Pouvoir est une immense déception doublée d’une perte de temps précieuse.  Empressez vous donc de le rater.

Ben SIVI

Publicités