TETRO de Francis Ford Coppola (2009)

tetro-coppola
Chaque famille a un secret » Cette phrase donne une certaine idée de l’intrigue du film Tetro de Francis Ford Coppola. Une œuvre en noir et blanc presque théâtrale dont le décor serait Buenos Aires, la ville la plus européenne d’Amérique du Sud.
Benjamin Tetrocini travaille sur un bateau de croisière qui fait escale à Buenos Aires, il en profite pour venir voir son frère Angelo qu’il n’a pas revu depuis que ce dernier a fui sa famille pour refaire sa vie ailleurs.
« J’ai divorcé de ma famille » tels sont les mots d’Angelo qui s’est lui-même rebaptisé Tetro, afin de couper tout lien avec son passé. Néanmoins, ce passé frappe à sa porte et son exil va être mis à mal avec la réapparition de Bennie dans sa vie.
L’accueil est pour le moins froid, Tetro est distant et presque antipathique vis-à-vis de son frère qu’il présente même comme un ami aux autres personnes. Rapidement, Bennie semble à la quête de quelque chose, peut être d’un frère mais aussi d’un passé dont il sait trop peu.
Tetro
Tetro apparait lui comme un être troublé et peu expressif, il partage sa vie avec une jeune femme nommée Miranda qui semble être la seule personne disposée à l’approcher et à le comprendre. Cependant, le contraste est grand entre Tetro et Miranda, elle est très sensible et compréhensive vis-à-vis de cet homme dont la fragilité la touche beaucoup. C’est effectivement sa vulnérabilité qui l’a séduite au début car elle l’a rencontré dans un asile un peu particulier où elle travaillait, et où lui était patient.
Par la suite, Tetro est devenu éclairagiste, tout un symbole pour un homme qui veut désormais rester dans l’ombre, sa place est donc derrière la lumière. La frustration habite Tetro qui n’arrive pas à concrétiser son projet d’être écrivain.
Tetro1
L’ombre du père plane tout au long du film, au point où cela en devient presque étouffant. En effet, Tetro n’ose même pas le nommer, lui donne le nom « The Great One » un surnom fortement teinté d’ironie. Le père apparait enfin dans un flashback, une des particularités du film est qu’il propose une histoire en noir et blanc et des flashbacks en couleurs. Ces fragments du passé sont explicites, les propos sont durs et la rivalité s’installe entre Angelo et son père.
La morale de ce film pourrait être qu’on ne peut jamais véritablement couper avec son passé, mais la venue de Bennie va permettre à Tetro d’exorciser ce passé qui le ronge depuis trop longtemps. La révélation finale va redéfinir l’existence de chacun et achève le film comme une tragédie grecque.

Ben Sivignon

Publicités