Accueil » Films 1970s » ENNEMI D’ETAT de Tony Scott (1998)

ENNEMI D’ETAT de Tony Scott (1998)

 

 

Image

Une nouvelle loi est proposée aux citoyens américains afin de renforcer le pouvoir des autorités compétentes en déployant le champs d’action des écoutes téléphoniques et des caméras de surveillance. Mais en acceptant cette loi, les citoyens aliènent un peu plus encore leurs libertés individuelles. Phil Hammersley (Jason Robards), sénateur républicain, refuse de voter en faveur de cette loi qu’il considère liberticide. Il est assassiné par des agents de la NSA (National Security Agency) sur les ordres de Thomas Brian Reynolds (Jon Voight), dévoré par l’ambition et l’envie d’étendre son influence, de manière durable.

 

Sorti en 1998, Ennemi d’Etat cristallise la paranoia inhérente à l’attitude parfois fascisante des differentes agences de sécurité des Etats-Unis comme la CIA, la NSA ou le FBI. Les années 1990 ont été fertiles en films d’espionnages et de complots. Ennemi d’Etat est certainement l’un des meilleurs, puisqu’il réussi tout de même à susciter la relexion du spectateur tout en le maintenant constamment pris par un scénario simple et un casting qui se tient tout le long du film. Avec un sujet aussi lourd, le réalisateur aurait pu rater la marche et pondre un métrage lourdingue et prétentieux. Ici rien de tel, on retrouve avec soulagement l’humour noir de True Romance. La diffusion du film tombe à point nommé puisque l’actualité a bien montré que cet espionnage ne se limite non seulement pas au territoir américain mais à ses « allié » européens. Tony Scott pose de bonnes questions qui méritent une réponse, ou au moins qu’on y relechisse. Le réalisateur dénonce cette intrusion qui paraît systématique dans la vie des gens, sous ce pretexte de sécurité nationale qui semble couvrir tous les abus.

 

Le sujet est amené de manière originale, notamment grace aux prises de vues aériennes utilisées par la NSA et une mise en scène nerveuse et efficace. Le casting est toujours très fourni, on apprécie le clin d’oeil à Conversations secrètes (la présence de Gene Hackman entre autre) et l’apparition de Jason Robards dans son avant dernier film. Tom Sizemore apporte une dose d’humour non négligeable au film, Will Smith est convaincant, en revanche Regina King qui interprète son épouse semble quelque peu à côté de la plaque et se montre trop excessive dans son jeu.Ce n’est certainement pas le meilleur Tony Scott, on regrette en particulier la fin qui tombe à plat et le happy end trop présent dans ce type de films, un peu plus de cynisme aurait été le bienvenu. Mais Ennemi d’Etat tient les promesses d’un bon divertissement, aidé par un casting solide et d’un scénario qui semble sinueux au premier abord, juste ce qu’il faut pour tenir le spectateur en haleine.

 

Image

Marc-Antoine Ravé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s